logo

Annonce
  • There was a problem rendering your image gallery. Please make sure that the folder you are using in the Simple Image Gallery Pro plugin tags exists and contains valid image files. The plugin could not locate the folder: images/productions/good-boy

Good Boy

créé à La Ménagerie de Verre à Paris en janvier 1998


conception et interprétation : Alain Buffard

assistant : Matthieu Doze

production : PI:ES

musiques (disques collection Palix) : andante de la sonate n° 1 en si mineur de
J.S. Bach, BWV 1014 par Glenn Gould et Jaime Laredo
Good boy par Kevin Coyne
New York, New York par Wendy Mae Chambers

avec le soutien : de Christian Tamet - Théâtre contemporain de la danse et
Françoise Letellier - les Gémeaux pour les prÍts de studios


Je voudrais remercier en particulier Hélène d'Hervé ; pour leur collaboration :
»ve Couturier, Marc Domage, Jean-Jacques Palix, et Tutti et pour leurs conseils
lumineux : Catherine Contour, Laurence Louppe, Martha Moore, Sabine Prokhoris
et Yvonne Rainer.

Alain Buffard a été lauréat de la "Villa Médicis - hors les murs" en 1996.

durée : 45 minutes

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Le corps comme un réservoir de mondes, - des espaces, des modes d'existences,
des flux, des mutations, des transformations.

Opposé au corps-outil du danseur, Good boy trafique avec l'idée d'un
corps-appareil, un corps instrument privilégié par lequel s'exacerbe une
certaine forme de transgression ; un corps qui expose la saturation sociale et
morale, un corps qui dit la vitalité et la maladie.

Nous ne savons pas de quoi le corps est capable. Alors, pourquoi pas reprendre
le corps à zéro, inventer une nouvelle géographie articulaire, s'offrir une
autre grammaire organique. Explorer sa surface comme un champ de segments
hétérogènes et indépendants, agencer des rapports de masses, lui dessiner des
prolongements, des excroissances. Déplacer ses fonctions initiales.
Répéter des gestes quotidiens pour lui inventer des entraves fictives.
Effacer les contours identitaires pour mieux en esquisser d'autres.
Fabriquer un corps inutile, - c'est à dire lui permettre d'accéder
à un statut artistique lui refusant ainsi de toute idée fonctionnelle, pour
le ceindre d'un nouvel état ; embrasser une nouvelle stature ; et faire éclater
l'idéal esthético-héroïque hérité de J.J. Winckelmann.


Alain Buffard