logo

Annonce
  • There was a problem rendering your image gallery. Please make sure that the folder you are using in the Simple Image Gallery Pro plugin tags exists and contains valid image files. The plugin could not locate the folder: images/productions/Selfothers

Self&others

Création en décembre 2008 au Festival les Inaccoutumés à la Ménagerie de Verre.

Une proposition d'Alain Buffard

Assemblage et scénographie : Alain Buffard

Fabrication et interprétation : Cecilia Bengolea, François Chaignaud, Matthieu Doze,
Hanna Hedman

Lumière : Thalie Lurault

Direction technique : Christophe Poux

photographie : Marc Domage

production : PI:ES

coproduction : La Ménagerie de Verre, L'échangeur - Fère en Tardenois, CDC Uzès 
danse


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Mon premier est une chanson libertine du XVIIIe siècle.
Mon deuxième, une chevauchée de la vanité.
Mon troisième, un Manifeste.
Mon quatrième est un kit de survie.
Et le tout ?
It's me ? It's not me ?
Moi - sans les autres ? Moi - et les autres ? Pas si simple.
Car tel est le principe, ou le jeu de l'autoportrait. C'est que toujours, il s'agit de laisser
paraître, par touches successives celui ou celle qu'on croit être. Pour soi-même ? Pour 
soi-même, pas sûr, mais pour soi-même comme "pour les autres" - assurément. Même si, ici, 
comme ailleurs, chacun, "chaque soi", est arrivé muni de son minimum indispensable, son kit 
de survie pour les jours démunis. En l'occurrence, un rien fait l'affaire : un air qui 
trotte dans la tête, une lecture ancienne, ou ce discours sans auteur qu'on a tous appris
à nommer doxa quand on faisait philo en classe de Terminale. Ce qu'on appelait idéologie 
dominante quand on était militant.

L'idée était de travailler avec ça, tout ça, et voir ce qui allait advenir- de la rencontre,
dans la juxtaposition, dans la confrontation. Mise à plat, distance, frottement. ça passe,
ça coince, ça crisse. ça (se) froisse aussi.

On connaît la vanité de l'instantané, le mensonge du littéral. Ce qu'on croit être est toujours
mieux représenté par ce qu'on n'est pas soi-même - chacun le sait aussi depuis l'enfance :
une poupée miniature, le fétiche d'un amour défunt, un rideau douche - tout ce bric-à-brac
qu'on trimballe avec soi. Au propre comme au figuré. Une chanson, un livre nous dessineront 
aussi bien, mÍme s'ils sont empruntés à d'autres qui ne nous ont pas vu venir. Ils nous 
identifient pour autant que nous acceptons de nous reconnaître en eux. L'autoportrait ne
se passe pas de la médiation. Que celle-ci soit assurée par un objet, un signe, un autre que soi.

Telle est l'ambiguïté délicieuse de l'autoportrait : on en connaît de multiples variantes, 
dont la moins inexacte est la liste de Proust. On ne fait jamais son portrait pour soi seul.
Comprenons alors qu'on ne saisit soi-même qu'en se donnant au regard des autres. Mais 
alors on n'est vraiment saisi qu'au contact des autres auxquels nous réagissons et qui 
réagissent tout autant à nous-mêmes.
Self&Others renvoie chacun au regard de l'autre. A ce que l'autre fait à chacun. A chacun
comme à soi-même. Soi-même comme un autre.

It's me ? It's not me ? Les deux propositions sont vraies, et fausses. Tout à la fois mais
pas toujours en même temps ni toujours de la même façon. Pas de "Self" sans cette mise à
l'épreuve de l'autre au contact des autres : altération, modification, mais aussi révélation 
(comme on dit d'une image qui se révèle). Dans ce battement indécidable se joue l'aventure
du portrait, jeu faussement solitaire qui attend l'heure de son partage.

Alain Ménil

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le processus de travail que je souhaite mettre en place pour Self&others s'articule à l'idée 
de l'autoportrait. Mais plutôt que de le confiner dans les limites attendues du genre, 
j'aimerais l'expérimenter à partir de et en relation au groupe. Il sera proposé à chacun 
des participants de constituer un corpus de matériaux pour l'élaboration d'un autoportrait.
Les éléments constitutifs de la forme solo ne souffrent d'aucune exclusive - danse, textes, 
images, sons, objets seront les médiums choisis par les uns et les autres. Nous entendons par
autoportrait une opération agencée selon les modalités ouvertes d'un "ici et maintenant"
particulier, contingent, et non définitif. L'élaboration de la forme solo pourra se construire
seul, en face à face ou avec le groupe, l'objectif étant de recycler les matériaux pour un 
autoportrait avec ou en groupe. Les questions de don, de perte, de partage, de sélection, 
de jeu, de simulacre et de stratégies compositionnelles seront donc au coeur du processus.

Alain Buffard

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sources bibliographiques
L'enfant du bordel de Pigault-Lebrun in Romanciers libertins du XVIIIeme siècle tome 2,
La Pléiade, NRF
La Bible - Nouvelle traduction chez Bayard (par Alfieri, Bon, Roubaud, Alphand, etc...)
Manifeste du parti communiste de K. Marx, F. Engels 
Manuscrit 1857-1858, tome 1 (Editions sociales) et Manuscrits de 1844 (Poche), K.Marx